Un week-end à Bordeaux aux Sources de Caudalie

Je suis partie d’un simple constat : tout le monde connaît «Les Sources de Caudalie», du moins dans le cercle des voyageurs avertis, comme on connaît le Crillon à Paris, le Martinez à Cannes ou l’Hôtel du Palais à Biarritz. Mais aux Sources, beaucoup y ont séjourné et tous ont adoré. J’ai voulu en savoir plus sur ce succès qui semble universel. Rien de mieux que d’expérimenter.

J’ai croisé plusieurs fois le sourire d’Alice Tourbier et apprécié la gentillesse de son époux, Jérôme, les propriétaires. Dès la porte franchie, j’ai retrouvé ces qualités dans le personnel: attentif, avenant et souriant, bien sûr. De la proximité sans familiarité. Juste ce qu’il faut.

L’arrivée est grandiose : à gauche, le domaine du Château Smith Haut Lafitte et son blason sur le drapeau qui flotte au-dessus de la tour du 16ème siècle impose. L’hôtel, à notre droite, se fait plus discret, plus charmant. Comme le jardin qui mène aux chambres. On est séduits par le raffinement et le goût du détail, omniprésents : des œuvres d’art éparpillés pas par hasard, la maison du Lièvre élégamment plantée devant le petit étang, des cygnes majestueux sur le chemin, des maisons à colombages vous attendent et à l’arrière-plan des vignes, à perte de vue. Tout évoque l’Aquitaine, son océan, son bassin, ses terroirs, son architecture et ses métiers dominés par les grands acteurs de la vigne. On appelle cela, ici, le « buco-chic ». C’est donc cela la clef du succès ? Oui, mais pas que !

Château Smith Haut Lafitte

Valises posées dans une chambre justement bucolique avec terrasse privée sur les vignes, nous nous rendons aussitôt en vélo (mis à disposition bien sûr), au Château Smith Haut Lafitte pour une visite des chais. On sonne la cloche, légèrement intimidés face à cette chartreuse construite par un écossais. Mais Alix nous accueille aussitôt avec toujours ce même sourire réconfortant. Alix est directrice de l’oenotourisme du château. Elle déplore que les académiciens français n’aient pu trouver un équivalent à « Wine Hospitality ». Elle a raison, ce titre lui conviendrait si bien ! D’abord chais des blancs, puis cave souterraine où dorment 1000 barriques de rouge, puis tonnellerie et enfin… dégustation de ces raffinés Grands Crus Classés de Graves. L’heure est grave ! Rien n’échappe à Alix qui vous abreuve d’anecdotes, de notes Parker, et de termes techniques et bio. Et nous dévoile que « c’est dans cette même cave que furent découverts les actifs des polyphénols de pépins de raisin ».

Il est temps d’aller tester l’effet de ces actifs au Spa. Les produits Caudalie aux extraits de vigne, la barrique qui prône à l’entrée, la liste des soins aux noms « viticoles » et la vue des transats sur les vignobles du Domaine nous rappellent ce concept pionnier de Vinothérapie conçu et développé par Mathilde, la 2ème fille de Mr. et Mme Cathiard. La tisane est délicieuse, les jets de la piscine intérieure sont puissants mais actifs, à quoi bon un massage ? Je vous conseille un soin du visage mis en exergue par les produits de la maison, car les massages sont discrets, eux aussi !

Spa Vinothérapie Caudalie

Le voyage se poursuit avec le dîner à La Grand’Vigne, restaurant étoilé au guide Michelin, grâce à la créativité et la générosité du chef Nicolas Masse. Pigeon roti à l’anis, riz de veau braissé aux truffes en 2 façons, crousti-fondant aux saveurs agrumes … la carte est sélective mais le choix est kafkaïen ! Il nous faudra revenir ! On se laisse facilement emporté par la sélection de Graves du sommelier, Antoine Farrouil, très attentif et, comme tout le personnel, attentionné. L’ambiance est feutrée, presque un peu guindée.

Le petit-déjeuner est servi dans la même salle, avec vue sur l’étang et l’ambiance est gaie ce matin. Une belle journée s’annonce pour chacun d’entre nous : balades en vélo à travers les vignes pour les uns, découverte de la région du Sauternes ou du bassin d’Arcachon pour les autres, ou encore enveloppement au miel de Gironde et à la levure de vin !

Avant de partir, on m’invite à découvrir le Château Le Thil, situé à 1,5 kilomètres des Sources, nouvelle annexe de l’hôtel réservé aux intimes. Cette chartreuse du 18ème est l’aboutissement du buco chic de Caudalie ! L’entrée et le séjour fastueux avec vue plongeante sur le parc boisé contrastent avec la simplicité et l’authenticité des 9 chambres situées au 1er étage. Toutes très claires et décorées avec délicatesse. Nous sommes ici en famille !

Voilà donc la clef du succès : l’esprit de famille qui rend le luxe accessible à tous ceux qui le désirent ! Bientôt, piscine extérieure, snack bar toujours buco-chic et jardin potager viendront compléter cet ensemble quasi-parfait.

▶ Et vous, avez-vous déjà tenté l’expérience ? Racontez-nous !

Pour en savoir plus sur les Sources de Caudalie, cliquez ici.